DU DESSIN INDUSTRIEL...
A LA CREATION GRAPHIQUE

Roger Astruc a travaillé pour plusieurs grands constructeurs aéronautiques. Il a notamment occupé le poste de dessinateur industriel au sein de la société des avions Marcel Bloch, entreprise aéronautique française créée en 1929 par Marcel Bloch.
Il est ensuite chargé d'assurer des fonctions similaires pour le bureau d'études du constructeur aéronautique Dewoitine à Courbevoie, où il travaille jusqu'à la fin de la période de guerre.
Son talent d'artiste lui permet de gravir les échelons et d'intégrer le service publicité chez Sud-Aviation puis Aérospatiale.
Roger Astruc est alors en charge de concevoir des outils de promotion pour les nouveaux avions produits par les industriels.

Il a contribué à la diffusion commerciale du modèle « Alouette II » ou encore « Super Frelon ». Pour chaque projet publicitaire dont il a la charge, Roger Astruc se rend dans les ateliers de conception afin d'observer avec la plus grande minutie chaque pièce composant le prototype. A l'aide de son carnet de croquis, il dessine et reporte les éléments qui l'intéressent pour ses créations graphiques. Une fois ce travail de repérage achevé, il retourne dans son atelier et réalise de nombreuses maquettes avec l'aide de son équipe de dessinateurs.

Ce témoignage iconographique, d'une richesse exceptionnelle est une occasion supplémentaire de documenter les pièces de collection conservées au musée aeroscopia. L'alouette II, dont un modèle est exposé, en est un parfait exemple. Cet hélicoptère léger et polyvalent, fabriqué par le constructeur français SNCASE puis par la société Aérospatiale entre 1948 et 1975, constitue une véritable avancée dans l'industrie aéronautique. Il s'agit en effet du premier hélicoptère au monde certifié avec une turbine à gaz.



Roger Astruc dessinant un rotor d'Alouette II à Sud-Est Aviation, 1958
© Musée aeroscopia
Réalisation d'une gouache sur carton représentant l'Alouette, 1960
© Musée aeroscopia
Maquette publicitaire pour l'Alouette II, 1959 - © Musée aeroscopia
Graphisme abstrait de l'Alouette II, 1959 - © Musée aeroscopia


QUAND LA GUERRE ECLATE

Sa carrière est mise de côté lorsque la seconde guerre mondiale éclate en 1939. Roger Astruc participe à ce conflit au sein de l'aviation de reconnaissance en tant que navigateur-bombardier, puis comme résistant. En 1943, il adhère au réseau de la résistance « Ceux de la Libération-Vengeance », reconnue comme l'une des plus importantes organisations de la zone nord, ce réseau fait alors partie du Conseil national de la Résistance.

Cet engagement lui attire des ennuis. Arrêté par la Gestapo à Paris en 1944, il est alors interné pendant prés de quatre mois à la prison de Fresne. Grâce aux démarches incessantes de sa femme, soutenue par l'intervention de H.Carol - directeur de l'usine de Boulogne des Avions Marcel Dassault - et de Jeff ROOS, président de la société Indaero, il échappe de justesse à la déportation.





L'AVENTURE CARAVELAIR

Son talent de dessinateur et sa créativité lui valent de participer à des projets novateurs comme celui porté par Sud-Aviation en 1962 lorsque la société décide de se diversifier dans la construction de caravanes. Ainsi, un bureau d’études regroupant des dessinateurs riches de leur expérience aéronautique lance les premières caravanes Caravelair, associant design & originalité.

Etude publicitaire pour Caravelair, 1962 - © Musée aeroscopia
Etude publicitaire pour Caravelair, 1962 - © Musée aeroscopia
Etude publicitaire pour Caravelair, 1962 - © Musée aeroscopia
Etude publicitaire pour Caravelair, 1962 - © Musée aeroscopia